Monde

En Allemagne, les députés font leur rentrée dans un Bundestag plus jeune et divers

[ad_1]

Plus de jeunes, plus de députés issus de l’immigration… La nouvelle chambre des députés allemands tient, mardi, sa première session, et c’est un Bundestag plus divers qui fait sa rentrée. Sur les 735 députés, 83 sont issus de l’immigration et près d’un tiers de la représentation fédérale a moins de 40 ans. Seul bémol, la représentation des femmes, qui ne constituent encore que 24 % de l’assemblée.

Plus de jeunes, plus de femmes, plus d’élus issus de l’immigration : la nouvelle chambre des députés allemands, qui tient, mardi 26 octobre, sa première session, fait souffler une brise de diversité mais est encore loin de refléter la société.

Un mois après les législatives du 26 septembre, c’est l’heure de la rentrée pour les 736 élus du Bundestag. Cette assemblée aura la responsabilité de désigner officiellement le nouveau chancelier, très probablement Olaf Scholz, lorsque son Parti social-démocrate (SPD), vainqueur du scrutin, aura bouclé ses négociations de coalition avec les écologistes et les libéraux.

En attendant de voir son successeur s’installer à la chancellerie, Angela Merkel prendra place mardi à la tribune d’honneur du Parlement : son gouvernement n’est plus en charge que des affaires courantes et elle-même, pour la première fois en 31 ans, n’a pas brigué de mandat de député.

Chez les 118 députés Verts, troisième groupe derrière les conservateurs et les sociaux-démocrates, les deux plus jeunes élus ont 23 ans.

Les jeunes électeurs ont largement porté ce renouvellement. Ils ont principalement plébiscité les écologistes, mais aussi les libéraux, comme la députée Ria Schröder (FDP, parti libéral), très active sur les réseaux sociaux. « Je reçois beaucoup de messages et ça permet de mesurer ce qui est important pour les électeurs », explique-t-elle à France 24. De ce nouveau Parlement, la jeune députée espère de grandes avancées, notamment sur l’éducation, le numérique, la protection du climat et l’innovation, dit-elle. « Je veux qu’on fasse de grands pas en avant et qu’on ne se contente pas du plus petit dénominateur commun. Qu’on soit courageux. »

83 députés issus de l’immigration

Autre sensation en Allemagne : une femme noire va pour la première fois siéger au Bundestag.

Membre des Verts, Awet Tesfaiesus, 47 ans, est née en Érythrée. Arrivée en Allemagne à l’âge de 10 ans, cette avocate de Kassel (centre) a consacré sa carrière à défendre les droits des immigrés et des réfugiés. 

« Nous avons besoin de diversité dans ce pays », plaide-t-elle dans un entretien à l’AFP. « Nous avons besoin que les personnes victimes de racisme soient mieux représentées. »

Avec Karamba Diaby, d’origine sénégalaise, qui fut le premier député noir élu dans l’ex-RDA, et Armand Zorn, arrivé du Cameroun à l’âge de 12 ans, ils seront les trois seuls noirs dans une assemblée largement dominée par des hommes et des blancs.

Armand Zorn (SPD) fait partie des 735 députés du nouveau Parlement allemand. « Il y a beaucoup de fierté, mais je ressens aussi la responsabilité », confie-t-il à France 24. Ce dernier a rejoint le parti social-démocrate en 2011 et fera désormais la navette entre sa circonscription de Francfort et le Parlement à Berlin.

« Il faut aussi avouer que lorsque l’on voit les anciennes assemblées parlementaires, franchement, il n’y avait pas beaucoup de représentation. Du coup, on vient de très loin et ce petit saut en avant représente beaucoup », poursuit-il.

Comme lui, 83 députés du nouveau Parlement sont issus de l’immigration. Et près d’un tiers de la représentation fédérale a moins de 40 ans.

En effet, le nombre de députés d’origine étrangère augmente. Aujourd’hui, ils représentent 11,3 % du Bundestag, contre 8,2 % (58 députés) dans la précédente assemblée.

« Nous assistons à un réveil en politique », constate ainsi Deniz Nergiz, directrice du Conseil fédéral de l’Immigration et de l’Intégration (BZI) qui promeut la participation politique de personnes d’origine étrangère.

Également parmi les nouveaux élus : Lamya Kaddor, qui donne des cours de religion islamique dans des écoles de la Ruhr, un sujet âprement discuté ces dernières années en Allemagne.

Les femmes encore sous-représentées

Mais même avec plus de diversité, le Bundestag est encore loin de représenter la société allemande. « Nous sommes encore loin derrière les 26 % (de personnes d’origine étrangère) dans l’ensemble de la société », explique Deniz Nergiz.

Le même constat peut être dressé pour le nombre de députées, largement sous-représentées dans un pays qui vient pourtant d’être gouverné pendant 16 ans par une femme. Elles ne constituent encore que 24 % de l’assemblée contre 20 % sous la précédente législature.

Pour la troisième fois seulement, le Bundestag va être présidé par une femme : la socialiste Bärbel Bas, 53 ans, devrait succéder à l’incontournable Wolfgang Schäuble, membre du Bundestag depuis… 1972.

Et d’importantes disparités subsistent entre partis. Les Verts compteront une majorité de femmes (59 %) dont deux femmes transgenre, Tessa Ganserer et Nyke Slawik. Dans le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD), elles ne représentent que 13 % des députés.

Avec AFP

[ad_2]
Source link

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page