En Birmanie, la junte arrête plus de 100 personnes libérées dans le cadre de l’amnistie

[ad_1]

Publié le : Modifié le :

Plus de cent personnes ont été arrêtées par le pouvoir militaire birman, après avoir été libérées il y a peu de temps, dans le cadre d’une amnistie, a annoncé vendredi une ONG locale.  

La junte birmane a de nouveau arrêté plus de 100 opposants au coup d’État militaire de février, qui avaient été libérées récemment dans le cadre d’une amnistie, a déclaré à l’AFP vendredi 22 octobre une ONG locale recensant les arrestations et les homicides.

Le pays d’Asie du Sud-Est est en proie au chaos depuis le putsch. Plus de 1 100 personnes ont été tuées durant la répression des dissidents et plus de 8 000 arrêtées, selon l’Association d’assistance aux prisonniers politiques (AAPP).

Lundi, l’armée, au pouvoir depuis le coup d’État du 1er février contre le gouvernement civil d’Aung San Suu Kyi, a annoncé la libération à l’occasion de la fête bouddhiste de Thadingyut de 5 636 personnes arrêtées lors des manifestations massives qui ont secoué le pays après le putsch, poussant des familles anxieuses de retrouver leurs proches à se rassembler devant les prisons.

Le vrai nombre de personnes libérées dans le pays est difficile à vérifier, et beaucoup d’entre elles ont été libérées seulement après avoir signé des documents dans lesquels elles s’engagent à ne plus enfreindre la loi.

Des arrestations récurrentes

Au moins 110 personnes libérées ont depuis été arrêtées à nouveau, selon l’AAPP.

« Certains ont (…) été arrêtés à nouveau à peine étaient-ils arrivés chez eux », a déclaré l’association dans un communiqué jeudi. « D’autres ont été informés qu’ils étaient sur la liste des libérables, amenés à la porte de la prison, pour être ensuite ramenés à l’intérieur afin de se voir notifier de nouvelles poursuites. »

Les autorités birmanes avaient déjà libéré plus de 2 000 opposants au coup d’État de leurs geôles en juin, dont des journalistes qui avaient critiqué le régime militaire.

Parmi les prisonniers figure le journaliste américain Danny Fenster, détenu depuis son arrestation le 24 mai.

Pressions internationales

La récente amnistie a été décidée alors que l’armée est soumise à de fortes pressions pour entamer le dialogue avec ses opposants pro-démocratie, presque neuf mois après son arrivée au pouvoir.

La semaine dernière, l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (Asean) avait décidé d’exclure le chef de la junte birmane Min Aung Hlaing de son prochain sommet prévu dans quelques jours, mettant en doute sa volonté d’apaiser ces troubles sanglants.

Les États-Unis ont salué jeudi l’initiative de l’Asean, longtemps jugée inefficace, par la voix de Derek Chollet, un conseiller du département d’État américain en tournée dans la région pour tenter de trouver de nouveaux moyens de faire pression sur la junte.

Le coup d’État a réduit à néant la décennie de tentative démocratique en Birmanie. L’ex-dirigeante civile et prix Nobel de la paix Aung San Suu Kyi est aujourd’hui poursuivie pour des motifs pouvant lui valoir des décennies de prison.

Avec AFP

[ad_2]
Source link

Quitter la version mobile