Google Meet reçoit des ateliers, mais uniquement pour certains clients du secteur de l’éducation pour commencer

Selon un service de visioconférence Meet de Google dispose de salles de sous-commission, mais elles ne seront disponibles que pour les clients G Suite Enterprise pour Education dans un premier article de blog Google, le . Avec cette fonctionnalité, les enseignants et les éducateurs pourront diviser leurs classes en petits groupes pour des choses comme des projets ou des discussions ciblées.

Google vous permettra de créer jusqu’à 100 salles de sous-commission en un seul appel. Une fois que vous avez décidé du nombre de salles de sous-commission que vous souhaitez, Google regroupera de manière aléatoire les personnes participant à l’appel dans des salles, mais les modérateurs peuvent ajouter manuellement des personnes à d’autres salles s’ils le souhaitent. Les modérateurs de réunion peuvent également passer d’une salle à l’autre pour s’enregistrer dans les groupes.

Si vous souhaitez peut-être essayer les ateliers, mais que vous n’êtes pas un client Enterprise pour Education, vous pourrez peut-être les utiliser prochainement – la fonctionnalité sera disponible dans d’autres éditions de G Suite et de Google Workspace “plus tard cette année », Selon Google. (Google Workspace, si vous ne l’avez pas entendu, est le Google récent changement de marque de G Suite par , bien que les niveaux éducation et organisations à but non lucratif conservent la marque G Suite pour le moment .)

Le rival de la vidéoconférence, Zoom, propose déjà des salles de sous-commission à tous les utilisateurs (et ce depuis 2015 ), donc Google rattrape son retard avec cette fonctionnalité. Cependant, les utilisateurs de Zoom ne peuvent se diviser que dans 50 salles différentes, ce qui représente la moitié des 100 salles possibles proposées par Google Meet.

Google Meet a régulièrement ajouté des fonctionnalités au cours de cette année pour concurrencer Zoom et d’autres services de vidéoconférence, car l’utilisation de ces outils a explosé pendant la pandémie COVID-19.