Karine Jean-Pierre, un symbole du rêve américain à la Maison Blanche

Karine Jean-Pierre est porte-parole adjointe de la Maison-Blanche. Elle a marqué l’histoire en mai 2021, en devenant la première femme ouvertement homosexuelle – et la deuxième femme noire – à prendre place, face aux journalistes, sur l’estrade de la salle de presse officielle de la présidence. Elle revient sur son enfance, la crise des migrants haïtiens aux États-Unis et la récente crise diplomatique avec la France dans une interview exclusive accordée à France 24.

Elle briefe régulièrement les journalistes à bord d’Air Force One ou depuis le podium de la Maison Blanche. Karine-Jean Pierre, 44 ans, est la porte-parole adjointe de l’administration Biden, la « numéro 2 » de Jen Psaki. Première femme ouvertement homosexuelle – et deuxième femme noire – à prendre place sur l’estrade de la salle de presse « James S. Brady », elle incarne la diversité mise en avant par l’administration Biden.

En 2016, alors porte-parole nationale de l’organisation MoveOn, elle avait déclaré : « Je suis tout ce que Donald Trump déteste : femme, noire, gay et maman. »

Karine Jean-Pierre est née à Fort-de-France, en Martinique, de parents originaires d’Haïti qui ont fui la dictature Duvalier. Elle a passé quelques années à Paris, puis est arrivée avec sa famille aux États-Unis à l’âge de 5 ans. Fille d’un chauffeur de taxi et d’une aide-soignante à domicile, elle a grandi dans le Queens, à New York.

>> À voir sur France 24 : REPORTERS – L’immigration, le défi de Joe Biden

Dans ses Mémoires « Moving Forward : A Story of Hope, Hard Work, and the Promise of America » (2019), elle se confie sur son adolescence difficile. Abusée sexuellement, elle a longtemps souffert de dépression et a fait une tentative de suicide. Elle revient également sur son engagement politique, des élections locales new-yorkaises à la campagne de Barack Obama.

Dans un entretien exclusif accordé à France 24, elle revient sur son parcours, sur la récente crise des migrants haïtiens entre le Mexique et les États-Unis, ainsi que sur la crise diplomatique avec la France.

France 24 : Votre histoire reflète le rêve américain, qu’est-ce que cela vous inspire 

Karine Jean-Pierre : Je pense que c’est ce que représentent les États-Unis : la possibilité d’arriver ici comme immigrée et de réaliser le rêve américain. Cela fait partie de l’ADN de ce pays. Mes parents sont nés à Haïti, je suis née en Martinique. Ils sont arrivés ici sans rien. Donc, de voir où je suis, trente ans après, de pouvoir se dire « Wow, notre enfant a réussi ! », c’est vraiment quelque chose de particulier. C’est quelque chose auquel je pense tous les jours à la Maison Blanche.

Dans « Moving forward », vous parlez de vos problèmes psychologiques, du fait que vous avez été abusée sexuellement dans votre enfance, que vous avez fait une tentative de suicide et vous mentionnez aussi votre homosexualité. Pourquoi était-ce important pour vous d’aborder ces sujets-là ?  

J’ai écrit ce livre à un moment où les choses étaient vraiment difficiles, pas seulement aux États-Unis, mais dans le monde entier. C’était un moment où je me suis dit qu’il était important d’être honnête. Je voulais utiliser ma voix pour aider les gens.

Pourquoi avez-vous décidé de faire de la politique 

Je voulais changer les choses, faire une différence dans le monde. J’ai étudié au départ pour devenir médecin. Beaucoup de parents et de familles d’immigrés pensent que c’est ce qui permet de réussir, et c’est ce que je pensais aussi. Puis j’ai réalisé que ce n’était pas pour moi. Et quand j’ai été à l’université [Columbia à New York, NDLR], j’ai été entourée de gens merveilleux, de mentors extraordinaires, qui m’ont dit « si tu veux faire une différence, pourquoi ne fais-tu pas de la politique ? » J’ai compris que c’était ce que je voulais faire. C’est aussi à cette même période que je suis allée pour la première fois à Haïti. Beaucoup de choses se sont passées en même temps. C’est pour ça que désormais je dis toujours aux gens : « Suivez votre passion, n’écoutez pas ceux qui essaient de décider à votre place ! Faites ce qui vous rend heureux. »

Êtes-vous fière d’être l’une des premières femmes Noires et la première femme ouvertement gay à tenir le point de presse quotidien à la Maison Blanche ? 

Pour être honnête, je n’y pense pas tellement. Il y a beaucoup de gens avant moi qui m’ont permis d’être là où je suis aujourd’hui. Je ne serais pas ici sans mes parents, et sans tant d’autres personnes. Il y a eu avant moi Judy Smith, la porte-parole de la Maison Blanche sous George W. Bush [elle a été la première femme Noire à ce poste, NDLR]. Je veux tout faire pour l’honorer.  

Mais je dois dire, et je l’ai dit la première fois que je suis montée sur le podium de la salle de presse : la représentation est importante, et c’est quelque chose que le président Biden comprend. Il a très vite agi pour être sûr d’avoir non seulement des personnes intelligentes dans son administration, mais qui représentent aussi le pays.

>> À voir aussi sur France 24 : LE DÉBAT – Assemblée générale des Nations unies : la doctrine Biden

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre la campagne de Joe Biden ? Lorsqu’il a annoncé sa candidature, beaucoup de démocrates étaient assez critiques à son égard, notamment en raison de son âge ?  

Je n’ai jamais été contre le président Biden. Je l’ai connu en tant que vice-président. Je l’ai rencontré lorsque je travaillais dans l’administration Obama-Biden. J’ai pu me rendre compte de son grand cœur et de son sens moral très fort. Juste avant qu’il annonce sa candidature pour l’élection de 2020, j’ai eu une conversation avec lui et Jill Biden. Il m’a demandé si je pourrais travailler sur sa campagne : à ce moment-là, je ne pouvais pas, car j’avais déjà d’autres engagements. Mais je lui ai dit : « Une fois que vous serez le nominé démocrate, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour vous aider. » J’ai tenu ma promesse.

Qu’est-ce que ça fait d’être aujourd’hui à la Maison Blanche, après tant d’années sur la route, soit pour faire campagne, soit pour votre activisme ?  

J’ai eu, en effet, l’opportunité de vivre dans de nombreuses villes et États différents. L’activisme a été une grande partie de ma vie ces quatre dernières années et maintenant j’ai l’occasion de faire partie de l’histoire d’une autre façon. En parlant notamment du travail que l’on fait ici à la Maison Blanche. Un travail immense, qui va changer la vie des gens, qui va entraîner des changements fondamentaux dans le pays pour les décennies à venir. Il y a peu de temps, je me disais : « Est-ce que je ferais ce travail si j’avais d’autres opportunités ? » et la réponse est oui. C’est ici que je veux être, car je suis l’une des porte-paroles du président des États-Unis. Il fait, selon moi, tout ce qu’il peut pour le peuple américain, et c’est ça qui est important.

Vous faite partie de la première équipe de communication 100 % féminine à la Maison Blanche, qu’est-ce-que cela vous évoque ? 

Je pense que ce n’est pas simplement une belle représentation, cela envoie un message dans le pays et dans le monde. C’est important que nos voix soient entendues. Et il y a de la diversité au sein de toutes les positions de leadership. C’est important, car cela envoie un message positif aux jeunes femmes et aux jeunes hommes. Vous pouvez être à la Maison Blanche et être une mère, un immigré, quiconque ! Je pense que ça en dit beaucoup sur le président Biden, il fait en sorte que chaque voix compte.

Vous parlez beaucoup de vos origines haïtiennes dans « Moving Forward ». Qu’est-ce que vous avez ressenti lorsqu’il y a eu la récente crise des migrants haïtiens à la frontière ?  

Je pense que nous avons tous ressenti beaucoup de peine lorsque nous avons vu ce qu’il s’était passé à la frontière avec certains gardes-frontières. C’était seulement quelques officiers, ils ne les représentent pas tous, et c’était déchirant. Le président en a parlé, la vice-présidente en a parlé, ils ont dénoncé les faits et dit que cela ne représentait pas qui nous étions. Je pense que pour de nombreuses personnes dans ce pays, notamment pour les Africains Américains, les Noirs, cela leur a rappelé une période qui était incroyablement difficile, qui fait partie de notre Histoire. Ça rappelle la période de l’esclavage, les années de la loi Jim Crow.  

C’était très dur à voir et le président a été très clair en disant que ce n’était pas acceptable. Les deux personnes pour lesquelles je travaille se sont manifestées dans des termes très forts et ont dit que ce n’est pas de cette façon que nous devrions être représentés, qu’on ne devrait pas traiter les migrants comme ça, qu’on ne devrait pas traiter les gens ainsi. Ce qu’on a vu était extrêmement troublant et nous devons le dénoncer. Joe Biden en a pris la responsabilité, c’est ça le leadership.

L’administration Biden a pris la décision de renvoyer des centaines de migrants dans des avions, ils retournent souvent vivre dans la misère, parfois la violence. Qu’est-ce que cela vous évoque ?   

J’aimerais être claire à ce sujet : nous avons utilisé le « Titre 42 », cela a été notre politique jusqu’à présent à la frontière. C’est une question de santé publique, ce n’est pas une politique de l’immigration que nous mettons en place. Nous sommes au milieu d’une pandémie qui a déjà coûté la vie à plus de 700 000 personnes dans ce pays et des millions de vies à travers le monde. Nous essayons de faire de notre mieux et le Président essaie de faire de son mieux pour faire face à cela. C’est une question de santé publique, c’est pour protéger les migrants et les citoyens de ce pays. Ce serait arrivé, quel que soit le pays d’origine des migrants. C’est une mesure mise en place depuis l’année dernière. Nous essayons de créer une politique d’asile, nous essayons de réparer un système qui a été mis à mal ces quatre dernières années. L’une des premières choses qu’a fait le président Biden a été de proposer une politique d’immigration et nous allons continuer de travailler avec le Congrès pour l’encourager à passer des réformes, critiques et importantes, sur l’immigration.  

Nous voulons être certains que le système d’immigration est juste, décent et qu’il représente qui nous sommes. Nous avons parlé un peu plus tôt de mon rêve américain et c’est ça qui représente qui nous sommes : un pays d’immigrés, de gens qui viennent de tous les coins du monde.

>> À lire : Avant le G20, Joe Biden et Emmanuel Macron continuent de réparer leurs relations

Qu’attend le président Biden de sa rencontre avec Emmanuel Macron prévue lors du G20 à Rome ? 

Je pense que la rencontre va bien se passer. Nous les avons vus ensemble au G7, leur rencontre était très amicale, ils ont appris à se connaître et ont déjà eu plusieurs appels téléphoniques. Cette nouvelle rencontre sera l’occasion pour eux d’avoir une conversation honnête et de parler de sujets importants pour leur pays respectif.

L’administration Joe Biden a t-elle été surprise par la réaction de la France pendant la crise des sous-marins 

Je ne vais pas spéculer sur le sujet. Le Président chérit cette relation. La France est notre plus ancien allié, c’est notre partenaire le plus important. L’administration Biden-Harris veut s’assurer que cette relation soit renforcée, que nous continuions de trouver des moyens de travailler ensemble et de faire face ensemble à des défis globaux.

Certains observateurs à Washington ont assuré que la France avait réagi de manière excessive, était-ce l’impression de la Maison Blanche ? 

Nous devons avancer. Le conseiller à la sécurité nationale, Jake Sullivan, était à Paris récemment, le secrétaire d’État Blinken aussi. Je pense que la visite de ces hauts officiels montre à quel point la relation avec la France est forte. Et il va bientôt y avoir la rencontre entre les présidents Biden et Macron. Nous voulons avancer et approfondir la relation avec la France.




Source link

Quitter la version mobile