Monde

la future coalition vise une entrée en fonction d’Olaf Scholz début décembre

Publié le :

Après l’annonce d’un accord préliminaire le 15 octobre, les sociaux-démocrates, les Verts et les libéraux allemands, qui négocient la formation du futur gouvernement, ont fait savoir qu’ils souhaitaient établir un contrat de coalition d’ici fin novembre, de façon à ce qu’Olaf Scholz puisse entrer en fonction début décembre à la chancellerie.

La succession d’Angela Merkel se précise en Allemagne : après l’annonce d’un accord préliminaire la semaine dernière, les sociaux-démocrates, écologistes et libéraux allemands qui négocient actuellement la formation d’une coalition ont indiqué, jeudi 21 octobre, vouloir parvenir d’ici fin novembre à un accord pour former le nouveau gouvernement dont Olaf Scholz deviendrait le chancelier dans « la semaine du 6 décembre ».

« Nous sommes très ambitieux et nous voulons avoir un contrat (de coalition) pour la fin novembre qui nous permettra d’élire un chancelier pour la République fédérale d’Allemagne dans la semaine du 6 décembre (…) », a déclaré lors d’une conférence de presse Volker Wissing, secrétaire-général du parti libéral FDP.

>> À lire aussi : « Allemagne : un accord préliminaire entre SPD, libéraux et Verts pour former un gouvernement »

Des programmes très différents

Les trois formations, aux programmes très différents, mènent depuis début octobre des discussions pour tenter de former une coalition inédite, sans les conservateurs d’Angela Merkel qui ont enregistré le pire score de leur histoire lors des législatives du 26 septembre.

Vendredi dernier, ils avaient jeté les bases de leur future alliance en présentant un pré-accord de gouvernement de 12 pages récapitulant leurs points d’accord et les réformes qu’ils entendent mener dans les quatre années qui viennent.

Parmi les compromis trouvés : pas de hausse d’impôts, le respect des limitations d’endettement, un objectif de sortie du charbon avancé à 2030, l’augmentation du salaire minimum horaire à 12 euros.

De nombreux sujets restent cependant à régler pour définir la feuille de route d’un futur gouvernement, notamment sur la façon dont financer les investissements massifs réclamés par les Verts et le SPD tandis que les libéraux se montrent intransigeants sur le respect des contraintes budgétaires.

Écologistes et FDP ont d’ailleurs entamé une passe d’armes dans les médias, chacun revendiquant le portefeuille ministériel clé des Finances.

Volker Wissing a détaillé vendredi, avec ses homologues du SPD, Lars Klingbeil, et des « Grünen », Michael Kellner, le calendrier des futures réunions.

Réunions quotidiennes des groupes de travail

Les experts politiques des trois partis vont se répartir en 22 groupes de travail pour approfondir ce programme gouvernemental puis se réuniront presque quotidiennement pour parvenir à une synthèse d’ici le 10 novembre.

« Nous exigerons beaucoup des groupes de travail, un travail concentré, beaucoup d’engagement et de présence, car nous sommes très ambitieux », a expliqué Volker Wissing, dont le petit parti libéral arrivé en quatrième position lors des législatives fait office de « faiseur de rois ».

Les principaux responsables des trois partis prendront ensuite la main pour finaliser le document dans le but de parvenir à un accord final fin novembre.

Chaque parti devra ensuite valider celui-ci, lors d’un congrès spécial pour le FDP et un vote en ligne auprès des adhérents pour les écologistes.

Il reviendra ensuite au Parlement d’élire officiellement le social-démocrate Olaf Scholz, actuel ministre des Finances, pour succéder à Angela Merkel à la chancellerie.

Cette date de début décembre pour former le premier gouvernement post-Merkel est ambitieuse, ont reconnu les trois partis qui avaient jusqu’ici promis de former le prochain exécutif d’ici Noël.

Avec AFP


Source link

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page