Sport

PSG : Neymar aux abonnés absents, Saliba crève l’écran


Publié le :

Pas de vainqueur ni de vaincu. Le classique entre l’OM et le PSG, disputé dimanche à Marseille, s’est soldé par un match nul vierge. L’affiche du football français, qui a tenu ses promesses en termes d’ambiance et d’intensité, a mis à l’honneur les défenseurs qui ont eu raison des attaquants peu inspirés. Débrief. 

Ils sont venus, ils ont vu, mais ils sont repartis avec un seul point. L’armada offensive du PSG n’a pas réussi à prendre le dessus sur la défense de l’Olympique de Marseille, dimanche 24 octobre, dans le très attendu classique de la Ligue 1 disputé dans la cité phocéenne, en clôture de la 11e journée du championnat de France.  

Pourtant, sur le terrain, l’entraîneur parisien, Mauricio Pochettino, avait décidé de titulariser son quatuor de stars – Neymar, Messi, Mbappé et Di Maria – avec l’objectif annoncé de remporter la victoire. Mais le leader du championnat, réduit à 10 après l’exclusion d’Hakimi (57e), n’a pas réussi à faire trembler l’arrière-garde de l’OM, malgré une première mi-temps maîtrisée en termes de possession.  

Neymar déconnecté 

Les vedettes de l’attaque parisienne ont donné l’impression de miser plus sur des exploits individuels, en ne jouant collectivement que par intermittence. De retour dans le onze parisien près une gêne aux adducteurs, positionné en meneur de jeu, Neymar a illustré à lui tout seul l’impuissance offensive des Parisiens. Pas dans le rythme et peu inspiré, il n’a fait aucune différence, ni provoqué de déséquilibre en terre phocéenne. Une partition à oublier pour la star brésilienne qui n’a pas encore vraiment lancé sa saison.

Ses compères Kylian Mbappé et Leo Messi – le plus entreprenant des Parisiens en attaque – n’ont pas brillé non plus, bien muselés par les défenseurs marseillais.

Conspués à chaque prise de balle par un Vélodrome en fusion qui avait parfaitement identifié la menace qu’ils représentaient, ils n’ont pas réussi à trouver la faille. Seule satisfaction pour les fans du PSG, le duo semble de plus en plus chercher à combiner et à peaufiner sa relation sur la pelouse.  

Les défenseurs à l’honneur 

Si ce classique s’est soldé par un score nul et vierge, c’est aussi parce que les défenseurs des deux équipes ont été à l’honneur. Sur les réseaux sociaux, les supporters marseillais ont été quasiment unanimes après le match au moment de désigner leur olympien de la soirée : l’impassable défenseur central William Saliba.  

Et pour cause, l’international espoir a réussi à éclipser Kylian Mbappé et montré l’étendue de ses progrès enregistrés depuis qu’il a posé ses valises à Marseille, lors du dernier mercato.

Serein, vif, concentré et costaud dans les duels, le joueur prêté par Arsenal a crevé l’écran à plusieurs reprises, notamment face au champion du monde 2018. Leur duel a été l’une des clés du match, à l’image du retour autoritaire du défenseur marseillais sur la flèche parisienne lancée vers le but de Pau Lopez (83e). 

Sur le plan collectif, en plus de son sens de la relance juste, son association avec l’international croate Duje Caleta-Car, de retour au plus haut niveau, apporte une sérénité défensive au système hybride de Jorge Sampaoli. Sous les yeux de Guy Stéphan, l’adjoint du sélectionneur national Didier Deschamps présent dans les tribunes, l’ancien Stéphanois a livré une copie impressionnante.

Côté parisien, le capitaine Marquinhos a lui aussi livré un grand match en affichant du caractère dans sa faculté à négocier tous les ballons chauds (35e, 53e, 87e) qui sont arrivés dans sa surface du PSG. L’engagement et la détermination du défenseur central de la Seleção ont permis à son équipe de ne pas flancher, même à 10 contre 11 après l’expulsion d’Achraf Hakimi, lorsque la pression marseillaise montait en température.  

Une performance de très haut niveau qui ne peut que laisser des regrets à des Marseillais volontaires et solidaires à qui il n’aura manqué qu’un petit but pour faire totalement chavirer le Vélodrome.


Source link

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page