Monde

Un Colombien de 14 ans utilise les réseaux sociaux pour valoriser le travail des paysans

Publié le :

Expliquer le travail que représente la culture des tomates, donner des conseils pour nourrir les poules ou encore pour produire du compost : c’est le type de sujets évoqués par un adolescent colombien dans des vidéos qu’il produit et diffuse sur les réseaux sociaux avec son grand frère, depuis qu’ils se sont installés à la campagne. Son objectif : valoriser le travail des paysans, partager ses connaissances sur le travail à la ferme et sensibiliser à la protection de l’environnement. 

Carlos Alberto Díaz Colmenares est un jeune Colombien âgé de 14 ans, qui vit dans une ferme située à San Francisco, dans le département de Cundinamarca, à une cinquantaine de kilomètres de Bogotá, la capitale colombienne. Il a commencé à y vivre en 2020, quelques mois après le début de la pandémie de Covid-19, alors qu’il vivait auparavant dans un appartement à La Vega, une commune voisine.

« Le travail à la campagne est dur, comme nous avons pu nous en rendre compte : il faut donc le valoriser et le soutenir »

Cette ferme appartient à ma famille depuis plus de 20 ans, donc nous y allions déjà régulièrement avant la pandémie, et mes parents ont toujours eu des connaissances sur le travail à la ferme. Mais nous avons décidé d’y aller plus souvent à partir de mai 2020, deux mois après le début du confinement, car il était déjà plus facile de sortir à ce moment-là. Elle était en mauvais état, donc nous l’avons remise à neuf jusqu’à fin juillet, et petit à petit, nous nous sommes installés là-bas avec ma famille. 

Avec la pandémie, d’autres personnes ont quitté les villes pour retourner dans les campagnes. Je pense que cela a montré que l’on pouvait être heureux et vivre tranquillement à la campagne.

En juillet 2020, Carlos Alberto Díaz Colmenares a commencé à produire des vidéos sur le travail à la ferme avec son grand frère Juan, qui le filme. Ils les publient notamment sur le compte Instagram « La Granja del Borrego » (« La ferme de l’agneau »), qui compte plus de 281 000 abonnés. Certaines de leurs vidéos comptabilisent des centaines de milliers de vues. Il explique : 

Nous avons diffusé notre première vidéo le 9 juillet 2020 : nous avions commencé à semer des graines, notamment de tomates et de concombres, dans une pépinière, et nous avons filmé tout le processus pour voir si cela intéressait les gens. Nous pensions que la vidéo allait être vue moins de 50 fois, mais elle a finalement eu beaucoup de succès. [Elle compte plus de 10 000 vues, NDLR.] Nous avons ensuite continué, même si au début j’étais timide, car je n’étais pas habitué à être filmé.

La première vidéo produite par Carlos Alberto Díaz Colmenares et son frère a été diffusée sur le compte Instagram « La Granja del Borrego » le 9 juillet 2020.

Nous essayons de produire des vidéos de qualité : nous souhaitons enseigner des choses aux gens – par exemple, je partage ce que j’apprends à la ferme – tout en faisant en sorte que ces vidéos soient drôles.

Dans cette vidéo, Carlos Alberto Díaz Colmenares explique comment faire pour éviter que les poules ne mangent leurs propres œufs. 

Ici, Carlos Alberto Díaz Colmenares expose trois erreurs courantes lorsque l’on souhaite faire du compost.

« Les paysans perdent régulièrement ce qu’ils font pousser, notamment à cause des intempéries, alors qu’ils dépendent de cela pour vivre »

À mes yeux, le plus important est de montrer que le travail à la campagne est dur, comme nous avons pu nous en rendre compte : il faut donc le valoriser et le soutenir.

Par exemple, environ trois mois après avoir semé des graines de tomates et travaillé pour qu’elles poussent, toutes nos cultures ont été abîmées par des champignons. Or les paysans perdent régulièrement ce qu’ils font pousser, notamment à cause des intempéries, alors qu’ils dépendent de cela pour vivre. 

Pour soutenir les paysans, il est notamment possible de leur acheter leurs produits directement sur les marchés, à un juste prix, car les produits vendus dans les supermarchés ne sont pas toujours achetés à un prix correct aux producteurs.

Dans cette vidéo, Carlos Alberto Díaz Colmenares montre qu’il faut valoriser les tomates que l’on mange, en raison de tout le travail qu’il y a derrière et des difficultés auxquelles les paysans colombiens sont régulièrement exposés : inondations, sécheresses, groupes armés…

Cela dit, dans nos vidéos, j’essaie de montrer que l’on peut aussi beaucoup s’amuser à la campagne, notamment avec les animaux. De plus, j’essaie de sensibiliser à la protection de l’environnement, en donnant des idées pour agir de façon plus durable.

Nous essayons de gagner un peu d’argent avec les vidéos que nous publions également sur YouTube, mais nous ne gagnons pas grand-chose pour l’instant.

Dans cette vidéo, Carlos Alberto Díaz Colmenares organise des « olympiades de la ferme », en s’amusant avec ses chiens. 

Ici, Carlos Alberto Díaz Colmenares donne des conseils pour avoir un mode de vie plus durable, comme le fait de manger moins de viande ou encore d’avoir son propre potager. 

Actuellement, Carlos Alberto Díaz Colmenares suit des cours à distance, depuis la ferme familiale. À moyen terme, il aimerait vendre les produits de leur ferme et d’autres producteurs locaux à Bogotá, à un juste prix. À plus long terme, il souhaiterait faire des études sur la santé des animaux. 

En Colombie, environ 32 % des habitants se considèrent comme paysans, selon une étude du Département administratif national de la statistique. La majorité d’entre eux se considèrent comme « pauvres », toujours d’après ce Département.




Source link

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page